Médecin Ostéopathe Paris

Dr Ivan Raduszynski

74, Avenue Paul Doumer C.I.R.M.

75116 Paris

01 47 27 85 00

logo 2022 medecin osteopathe paris

Ostéopathie et troubles fonctionnels

De très nombreux troubles fonctionnels apparaissent ou bien sont favorisés par des dysfonctions mécaniques articulaires ou viscérales.

 

Ostéopathie et troubles fonctionnels

 

Ces pathologies sont dites “fonctionnelles” car elles n’ont pas de caractère organique: absence de lésion, absence de caractère de gravité. Néanmoins, elles ont souvent un retentissement important sur le quotidien des personnes qui en sont affectées.

Ainsi, des dysfonctions mécaniques vertébrales peuvent être la source de nombreux troubles: céphalées et fausses migraines d’origine cervicale, certains vertiges, troubles de l’équilibre, troubles digestifs fonctionnels (nausées, digestions lentes, hyper-acidité gastrique, troubles biliaires, constipation, ballonnements, spasmes intestinaux), troubles respiratoires non organiques, dysfonctions urinaires ou gynécologiques fonctionnelles, etc. Dans tous les cas, il s’agit de diagnostics dits d’exclusion. Cela signifie que le caractère non organique de ces troubles devra être affirmé par un examen clinique et un bilan complémentaire effectué au préalable par le médecin-traitant ou le médecin-ostéopathe.

C’est seulement après avoir effectué cette enquête diagnostique que l’on pourra affirmer le caractère fonctionnel du trouble.

Lorsque ces troubles sont liés à un dysfonctionnement de la mobilité, le médecin-ostéopathe décèle certains signes physiques pathologiques dans le tissu sous-cutané, les muscles, les articulations ou les organes du patient.

L’ostéopathie myotensive ou structurelle pourra être utilisée avec efficacité dans les cas cités précédemment. Les techniques ostéopathiques dites fonctionnelles (ostéopathie viscérale, techniques de Jones, etc.) sont également indiquées pour de nombreux patients souffrant de pathologie fonctionnelle.

Wikipédia: les céphalées de tension

Pieds plats, pieds creux

pieds_plats_valgus_de_l_enfance

Pieds plats, pieds creux

 

L’examen podoscopique des empreintes plantaires de l’enfant effectué entre 5 et 8 ans permet de déceler les pieds plats de l’enfance.

Il faudra rechercher en même temps une déformation des talons (valgus calcanéen) et des genoux (genu valgum) avec présence d’un angle ouvert vers l’extérieur au niveau de ces articulations.

Le podoscope est un appareil très simple qui permet ce diagnostic au cabinet du praticien par l’examen des empreintes plantaires sur une vitre à éclairage tangentiel.

Souvent, des semelles orthopédiques (ou orthèses plantaires) seront prescrites dans le but de stabiliser l’évolution des pieds plats. Cette consultation sera l’occasion de pratiquer en même temps un bilan clinique articulaire et musculaire complet du dos et des membres, afin de dépister d’autres anomalies associées et pouvant nécessiter également une surveillance clinique régulière.

Les pieds creux sont souvent diagnostiqués chez une femme adulte.

Ils s’accompagnent de douleurs des avant-pieds (métatarsalgies). Certains pieds creux sont responsables d’une instabilité des chevilles se manifestant par des entorses de chevilles à répétition.

L’ostéopathie a dans ce cas pour objectif premier de diminuer la raideur des pieds, ce qui permet de calmer les métatarsalgies, grâce à certaines manipulations.

Elle permet également d’améliorer la tolérance et l’acceptation des semelles orthopediques, dont le port est parfois abandonné dans le cas contraire.

Cliquer ici pour lire l’article

Posture et croissance

L’adolescence est souvent le terrain de troubles statiques posturaux qui nécessitent un diagnostic précis.

Posture et croissance

 

La découverte d’une scoliose de l’adolescence nécessite une surveillance très attentive et prolongée pendant toute la période de croissance, en raison de son risque évolutif chez beaucoup de sujets jeunes, en particulier chez les filles.

Il faudra la distinguer d’une attitude scoliotique, qui fera rechercher une inégalité de longueur des membres inférieurs ou une insuffisance musculaire para-vertébrale.

Le traitement d’une scoliose de l’adolescence est complexe. Il devra être adapté à chaque cas, allant de la rééducation, au corset, voire à la chirurgie.

Les dystrophies de croissance peuvent toucher la colonne (maladie de Scheuermann), les genoux (Osgood-Schlatter), les pieds (Sever)…

Pendant la croissance, on rencontre des insuffisances musculaires relatives liées au retard physiologique de la croissance en longueur des principaux muscles longs des membres inférieurs, par rapport à la croissance des os longs comme le fémur, surtout en cas d’augmentation rapide de la taille. Ces cas devront être évalués et traités par rééducation fonctionnelle, acccompagnée d’une activité physique adaptée.

L’ostéopathie permet de soulager très vite de nombreuses douleurs mécaniques qui sont la conséquence d’une croissance staturale trop rapide chez ces adolescents.

Ostéopathie et troisième âge

De plus en plus de séniors consultent pour de l’ostéopathie.

Ostéopathie et troisième âge

 

Les motifs de consultation sont nombreux , ils sont tous sous-tendus par une demande de thérapeutique non médicamenteuse, chez des patients déjà souvent poly-médicamentés en raison de pathologies organiques.

Les troubles de la marche, les risque de chutes, les si fréquentes pathologies ostéo-articulaires (arthrose, ostéoporose…) nécessitent souvent un abord spécifique pour le sujet âgé.

Au-delà des douleurs, le senior doit être considérée dans sa globalité fonctionnelle.

Les thérapeutiques rééducatives classiques, comme la kinésithérapie, les semelles orthopédiques, sont essentielles et seront associées à l’ostéopathie.

La richesse des techniques ostéopathiques permet de proposer à ces personnes des méthodes douces et atraumatiques qui débouchent ensuite sur des exercices simples d’auto-rééducation qui devront être pratiqués par le patient à son domicile de manière pluri-hebdomadaire. Cette approche est très importante pour motiver des patients souvent fatigués, un peu découragés, sinon dépressifs, notamment avec pour objectif la prévention des risques de chute.

ostéopathie et troisième âge

L’une des techniques myotensives indiquées pour le traitement d’une lombalgie du sujet âgé: cliquez ici

L’ostéoporose

L’ostéoporose

 

Une déminéralisation osseuse peut toucher la femme dans les années qui suivent la ménopause. L’ostéoporose peut aussi toucher l’homme plus tard dans la vie, après l’âge de 70 ans.

Les conséquences majeures sont la perte de taille, le dos rond (cyphose) et peuvent aller jusqu’à l’augmentation du risque de fracture, notamment du poignet, tassement vertébral, fracture du col du fémur.

Elle doit être dépistée par un examen fait chez le radiologue: l’ostéo-densitométrie osseuse et elle doit faire l’objet d’un bilan recherchant une carence d’apports calciques, un mode de vie trop sédentaire.

Ces facteurs favorisants devront faire l’objet de corrections comportant des conseils nutritionnels personnalisés ainsi que des exercices physiques adaptés.

Une contention lombaire (ceinture lombaire, lombostat) est parfois indiquée de manière temporaire à la suite d’une fracture-tassement.

Les douleurs mécaniques de la colonne vertébrale, souvent secondaires aux troubles statiques de la posture qui accompagnent la déminéralisation, peuvent être traitées par des techniques ostéopathiques douces (ostéopathie myotensive, ostéopathie fonctionnelle), excluant toute manipulation vertébrale pouvant être  agressive sune une colonne fragilisée.

La mésothérapie trouve toute sa place dans l’approche thérapeutique des douleurs dont souffrent ces patients.

logo 2022 medecin osteopathe paris

Le bilan d’une ostéoporose: l’ostéodensitométrie

L’arthrose

radiographie d'arthrose du genou

L’arthrose

Elle se définit simplement par l’altération du cartilage articulaire.

Elle peut concerner de nombreuses articulations, qu’il s’agisse de la colonne vertébrale ou des membres. Contrairement à une idée reçue, elle n’est pas toujours liée à l’âge. Les douleurs liées à l’arthrose peuvent souvent être soulagée par l’ostéopathie. Mais certains cas représentent des contre-indications absolues ou relatives. Un bilan radiologique est nécessaire à la décision médicale. Pour l’arthose du genou (gonarthrose), les radiographies comparatives “standard”, faites debout, donnet plus de renseignements que l’IRM qui est faite en position couchée.

Depuis plusieurs années, une technique comme la visco-supplémentation permet de traiter au cabinet médical et en ambulatoire de nombreux cas d’arthrose, notamment des genoux (gonarthrose) ou des doigts (rhizarthrose du pouce).

Il s’agit d’injections d’acide hyaluronique. Le traitement est très bien toléré, il n’utilise pas de cortisone. Hélas le médicament n’est plus remboursé par la sécurité sociale depuis 2017, mais les efforts des laboratoires pour le rendre abordable permettent à de nombreux patients de le faire en raison du bénéfice qu’il apporte sur la douleur et sur le périmètre de marche.

Au cours des crises inflammatoires, comme par exemple une crise d’arthrose du genou avec épanchement, une infiltration de corticoïdes peut être nécessaire.

Wikipédia: l’arthrose